AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Jalousie, quand tu nous tiens. [Yaoi // Lemon] [NC-18]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
liany
Nouveau \o/
Nouveau \o/


Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 16/02/2009

MessageSujet: Jalousie, quand tu nous tiens. [Yaoi // Lemon] [NC-18]   Ven 20 Fév 2009 - 18:13

Jalousie quand tu nous tiens

Genre :
- One shot
- Yaoi > relations entre jeunes hommes consentant ou non-consentant (Interdit au moins de 18 ans.)
- Romance / Amour / Violence

Couple: KokiJin - RyoTego


Une porte claqua contre un mur avec violence alors qu'un jeune homme pénétrait dans la pièce avec rapidité, le visage énervé. Un cri de désapprobation s'éleva, venant d'un jeune homme qui dormait gentiment dans le sofa. Il devait être entrain de se reposer. Mais, son grognement fut de courte durée en voyant l'air de l'homme.

- Qu'est-ce qui t'arrive? Demanda-t-il à moitié endormit.
- Laisse toi faire. Lui répondit-il.

Le plus jeune des deux devina aisément ce qui arrivait à son ainé. L'ainé s'approcha dangereusement de lui. Le jeune homme tenta de reculer mais, il se retrouva coincé entre le mur et l'adolescent, cherchant des yeux une possible voie d'échappatoire. Dieu seul sait ce que ce fou furieux avait en tête cette fois-ci. Jin le plaqua contre le mur sans le moindre effort et ce, avec une rapidité déconcertante. Il plongea ses grands yeux dans ceux de son cadet, qui eut à sa plus grande surprise une langue venant titiller ainsi que lécher sone cou. Le cœur de Koki s'emballa, sa bouche se dessécha, et un frisson parcourut tout son corps. Jin lui arracha son t-shirt avec violence. Il lui en fallait plus. Il mordilla la clavicule du blond, en baladant ses mains sur son ventre plat. Koki sentait la peau fine et froide de son ainé sur son torse nu, sa langue chaude le chatouiller à un endroit plus que sensible. Il préféra se débattre, de peur de succomber au plaisir de la chair. Son acte de rébellion fut en partie refroidi par l'arrivée d'une phrase qui voulait tout dire. S'ensuivit l'agaçant sourire de Jin.

- Encore une fois, j'en ai besoin une dernière fois.

Cette simple réflexion ne fut pas bien prit par le jeune homme. Ce qui dérangea quelque peu Jin qui n'avait pas envie d'attendre plus longtemps. Toutefois, Koki saisit le poignet du jeune homme afin de pouvoir le retourner. Cependant, ce fut sans compter sur l'agilité ainsi que la puissance que possédait son ainé. Jin réussit sans grand problème à ce défaire de cette emprise. Koki tenta une méthode beaucoup plus radicale et se jeta sur son ainé. . Celui-ci par reflexe repoussa aussitôt le jeune homme qui se heurta à nouveau le mur décrépit. Jin posa délicatement ses mains sur les hanches du plus jeune, qui étrangement se calma à ce contact. Le membre tendu de Jin commençait à le faire souffrir à travers son jean. Il avait envie de son cadet et le plus tôt serait le mieux.

Jin décida dés lors de faire migrer ses mains vers le sud de ce corps offert afin de caresser sans pudeur l'entrejambe du jeune garçon, qui gémit à ce contact. Surprit par cette réaction plus que positive refit son geste, pour être sûr qu'il avait bien entendu. Un autre gémissement franchi les lèvres du jeune homme, ce qui fit sourire de plaisir Jinshi. Doucement, Il commença à défaire la ceinture de Koki, sans pouvoir décrocher ses yeux des siens. Qu'est ce qu'il attendait son ami pour se défendre un peu? Ce qu'il appréciait dans leurs échanges étaient bien ses instants de refus qu'avait son amant.

Soudain, Jin changea de comportement. Il jeta de nouveau son cadet à terre afin de pouvoir serrer ses mains autour de son cou, cherchant à l'éliminer. Jin l'observait, passant outre cette supplication muette que lui faisait Koki pour appuyer un peu plus avec ses mains sur cette chair se tordant sous ses doigts. Puis, tout à coup, Jin relâcha son étreinte pour s'accroupir à sa hauteur. Il caressa les marques de doigts qu'il lui avait faite avant de le gifler violement pour ensuite, se relever le regard dur.

- Suces- moi. Ordonna-t-il.

Jin tenait à présent les cheveux de son cadet, espérant ainsi avoir plus de charisme pour qu'il lui obéisse. Ce dernier avait les larmes aux yeux. Il s'approcha de son ainé afin de lui défaire son pantalon pour prendre sa virilité en bouche. Il commença ses vas et viens, totalement coupé du monde. Il ne comprenait pas comment on pouvait prendre du plaisir à faire ça. Les larmes coulées encore plus, depuis que Jin appuyait fermement sur sa tête. Il se lâcha finalement dans un soupir, et releva le jeune homme, choqué et dégouté, qui s'essuyait la bouche avec précipitation.

Jin l'embrassa fougueusement tout en le replaquant contre le mur toujours aussi dur. Il exécuta grâce à quelque petits gestes habiles le déshabillage presque complet de son amant. Un sourire naquit sur son visage quand il perçu une magnifique bosse sous le caleçon du jeune homme. Celui-ci paraissait être à l'étroit dans son boxer. Doucement, Jin caressa le sexe de son cadet qui émit des petits cris.

- A mon tour. Souffla Jin dans l'oreille.

Koki remarqua le sourire pervers qu'arborait son ainé. Au fond de son être, il se maudissait de trouver son tortionnaire tellement sexy avec un regard pareil. Durant ce temps, les mains de Jin surent tout de suite prodiguer les attentions nécessaires à la virilité de son compagnon de jeu, qui la tête en arrière, haletait. L'ainé trouva trop tentant cette gorge offerte, et ne put s'empêcher de la mordiller sauvagement. Le jeune homme, ne pouvant plus se retenir, se lâcha dans sa main en criant. Jin la retira en prenant son temps. Puis, il la lécha par pure provocation, pendant que son autre main approfondissait l'exploration du corps de Koki. Toutefois, il fit une chose peu agréable. Jin le retourna sans même le prévenir tout en s'arrangeant pour lui maintenir les mains dans son dos. Tanaka sentait le souffle de son ainé dans sa nuque, ce qui contrastait fortement avec le mur froid et dur sur son corps. Jin le pénétra violement, sans un mot, en serrant un peu plus les bras du jeune homme, qui hurlait de douleur.

- Aie. Ca fait mal ... Arrêt. Hurla le jeune homme sans espoir que cela cesse.

Jin, qui remarqua les larmes coulant sur les joues de son cadet, eut un pincement au cœur. Il lui caressa le long des hanches afin d'essayer d'atténuer légèrement la douleur sans pour autant diminuer les coups de butoir qu'il lui prodiguait. Il embrassa le cou de son amant, avant d'attraper avec les dents le lob de son oreille. Jin qui remuait depuis un moment contre le corps chaud mais, tremblant de son cadet appréciait la sensation qui parcourait son être. De son côté, Koki ne lâcha plus que des sanglots étouffés, qui petit à petit se transformèrent en soupirs pour devenir au fur et à mesure des gémissements. Jin imposa à ses hanches une cadence qui croissait avec son plaisir. Koki faisait des mouvements de vagues presque imperceptibles pour accompagner l'effort de son ainé. Jin lâcha dans un dernier coup de rein alors que Koki suivit le mouvement mais, contre le mur.

Sans la moindre affection, Jin se retira de Koki et le laissa s'effondrer contre la paroi froide, à bout de souffle. Passé la vague de plaisir, Koki se rend compte de ce qu'il a fait. Jin, quand à lui, regarda dans la direction de son cadet, celui-ci toujours recroqueviller contre le mur. Il ne regrettait pas son geste, seulement que le jeune homme ne l'est pas autant apprécier que lui. Il chassa cette idée d'un mouvement de tête quand il le vit légèrement tremblait. Il lui envoya son pull-over à la figure pour remplacer son t-shirt en miette avant de tourner les talons sans un regard en arrière.

*Je te hais Kamenashi.* Pensa Koki.


~~~~~ ~~~~ ~~~~ ~~~~ ~~~~ ~~~~ ~~~~ ~~~~ ~~~~ ~~~~ ~~~~~



Jin se trouvait désormais à l'extérieur de la loge des KAT-TUN. Il ne regrettait rien de ce qu'il venait de faire à Koki. A fond de lui, il savait que son geste était répréhensible. Pourtant, Jamais le jeune homme ne s'était plein des envies de son ainé. Il faut dire que le rappeur subissait ce genre de relation avec lui depuis que Kamenashi jouait dans ce drama.

- Cela ne serait surement pas arrivé si je t'avais toi. Murmura-t-il alors qu'Ueda le rejoignait.

Depuis que Kamenashi jouait dans "Nobuta Wo Produce", Jin n'était plus que l'ombre de lui-même. Tout son univers si parfait fut basculer au pire des scénarios. Au début, tout ce passait bien. Puis, un jour, Kame leur a annoncé qu'il était en couple avec la jeune Erika qui faisait partie aussi du drama. Jin reçut la nouvelle comme une enclume qu'on lui jetait à la tête. Il aimait Kazuya plus que tout et, il ne pouvait supporter qu'une femme puisse le toucher, voir même passer la nuit avec lui. Toutefois, il n'avait osé lui dire ce qu'il ressentait, de peur de le perdre. C'est à partir de ce moment là, qu'il commença à coucher avec Koki. Celui-ci ayant une solution pour remettre leur sex-symbol en état.


.:. Flash Back .:.

- Laisse-moi devenir son substitut. Fit le jeune homme
- Non. Je sais que tu es amoureux de moi et .... Je ne veux pas te faire subir cela.
- C'est moi qui te le propose. Supplia-t-il. Alors accepte.
- Que fais tu de tes sentiments.
- ...
- Il vaut mieux ne pas jouer avec le feu.
- S'il te plait. Si je ne peux avoir ton corps, permet moi d'avoir ton corps. Déclara le jeune rappeur.

.:. Flash Back Fin .:.


En y rependant, Jin aurait du être plus catégorique dans son refus. Néanmoins, la tristesse qui le rongeait de l'intérieur eut vite fait de le laisser succomber à l'offre de lui fit son cadet. Il accepta donc la proposition en émettant tout de même quelque règle afin qu'il comprenne bien qu'elle serait sa position face à lui. Il ne devait rien espérer comme amour de sa part. Qu'il ne le considérerait que comme un ami, un membre du groupe et dans leur pure intimité, un jouet sexuelle. Koki admit sans le moindre regret. Depuis, Koki était devenu son "jouet" chaque fois qu'Jin avait le malheur de croiser Kazuya et Erika ensemble.

- Jin, tu sais où est Koki? Demanda Ueda
- Il se repose. Laisse-le. Répondit-il froidement.
- Vous avez ....
- Cela ne te regarde pas. Grincha-t-il.
- Ce que tu fais avec lui ne résoudra jamais rien. Fit-il dépité de la situation.
- ...

Jin ne désira pas continué la conversation. Il préféra partir, laissant Koki au soin de leur ainé bienveillant.


~ Une heure plus tard ~


Tous les membres de KAT-TUN ainsi que ceux de NewS étaient attendus dans la grande salle de conférence. Les managers avaient reçut l'ordre de les rassembler pour un projet qui tenait à cœur de Monsieur Johnny's. Depuis l'énorme réussite de Summary en 2004 suivit l'année suivant par le succès fleurissant du duo Shuji to Arika avec la chanson Seishun Amigo, le grand patron eut envie d'essayé avec tous les membres des deux groupes. Ils désiraient qu'ils forment des duos pour une soirée spéciale. Bien sûr, le but du jeu étant de mettre un membre d'un groupe avec un membre de l'autre pour écrire et composer une chanson qui montrerait qui ils sont en leurs fonds intérieurs. Toutefois, ils ne pourraient choisir leur coéquipier dans cette tragédie. Pour eux, cela ressemblait à tout sauf à une bonne nouvelle. Déjà qu'ils avaient pas mal de travail en vue de la fin d'année, voilà qu'on leur en donnait d'avantage. Cependant, ils reprirent un peu de joie de vivre quand ils entendirent avec qui ils étaient.
Revenir en haut Aller en bas
liany
Nouveau \o/
Nouveau \o/


Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 16/02/2009

MessageSujet: Re: Jalousie, quand tu nous tiens. [Yaoi // Lemon] [NC-18]   Ven 20 Fév 2009 - 18:13

- Bon, les duos. Fit le manager de NewS.
- On aimerait que vous vous mettiez par deux à l'appellation de vos noms, histoire d'être sûr de n'avoir oublié personne. Fit le second manager.
- Hai. Firent-ils en cœur.
- Yamashita – Akanishi. Kamenashi – Nishikido. Débuta-t-il.
- Koyama – Nakamaru. Ueda – Tegoshi. Reprit l'autre.
- Tanaka – Shigeaki. Taguchi – Takahisa. Finit-il de dire le manager de NewS.

Tous se placèrent avec leur nouveau partenaire de chanson. Certain ne furent pas très heureux de la personne avec qui ils étaient. Néanmoins, ils ne firent aucun commentaire ne souhaitant pas mettre de mauvaise ambiance entre eux. Ils s'avaient pertinemment que se plaindre ne servait à rien. Une fois qu'un choix était fait, ils n'avaient plus aucun mot à formuler. Ensuite, les managers les informèrent sur les thèmes qui leurs étaient demander ainsi que la date de quand cela devait être fait. C'est là qu'une plainte se formula par le leader des NewS.

- On n'a que quinze jours. C'est une blague. Hurla presque Yamapi.
- Non. Répondit son manager d'un ton ferme.
- On n'aura jamais le temps. S'exprima Kamenashi.
- Raison de plus pour vous y mettre tout de suite. Aujourd'hui, vous n'avez quasi rien à faire. Bon d'accord, Kamenashi-san et Yamashita-san vous avez votre photoshoot promo pour "Nobuta Wo Produce". Mais, vous avez trois bonnes heures avant. Mettez-y. Répliqua-t-il.

Tous ruminèrent de n'avoir que si peu de temps pour produire un texte ainsi qu'une mélodie. Surtout que les thèmes quand ils apprirent les thèmes qui leurs étaient confier. Les managers passèrent d'un groupe à l'autre pour les informer, souhaitant ainsi qu'ils gardent le silence sur ce qu'ils avaient à faire. Histoire que même eux ait un peu de surprise le jour "J". Pi et Jin devaient être sensuel voir même érotique. Ce qui n'était pas pour plaire à notre sex-symbol qui malheureusement, n'était pas en condition pour jouer son rôle de bête du sexe. Son cœur étant tellement prit par la tristesse et la rage aurait préféré avoir pour chanson à faire quelque chose d'énergique ou même triste et non de terriblement sensuel avec ses déhanchés dévastateur.

De leur côté, Kame et Ryo devait être fantaisiste. A cette vision, tous deux partirent dans un fou rire non contrôlable. Plusieurs images vinrent dans leurs têtes toutes plus saugrenus les unes que les autres. Ils eurent durs à se contenir. Toutefois, ils se calmèrent quand leurs amis les observèrent complètement ahuri de les voir réagir de pareil façon.

Quand aux autres, Koki – Shige ont reçu "rap" au grand bonheur de Tanaka. Koyama et Nakamaru ont eut droit à faire de l'électro afin que le beat box de Maru puisse intervenir. Junno – Massu ont eut droit eux à faire de l'énergique. Ce qui déplus grandement le pauvre Masuda qui détestait trop bouger à l'inverse de son partenaire. Quand au duo Ueda et Tegoshi, ils se sont retrouvés avec le sujet parfait. La sensibilité.

C'est ainsi que pendant presque trois heures, tous les petits groupes travaillèrent sur leurs morceaux. Ils n'y avaient pas à dire, certain avait de l'idée à l'inverse d'autre qui observait leur feuille sans la moindre trace de crayon. Jin, qui cherchait désespérément l'inspiration, tourna son visage en direction de Kamenashi. Ce dernier était dans le même état que lui, sans idée. Un sourire naquit sur son visage. Ce que remarquèrent Ryo ainsi que Pi.

- Arrêt de le mater de cette façon.
- ...
- Pourquoi tu ne lui dis rien?
- Pour le perdre? Répondit-il du tac au tac.
- Qui c'est ce qui pourrait arriver.
- Mouais, arrêt de me donner de faux espoir. De toute façon, il sort avec sa chère et tendre Erika-san.

Yamapi comprit que cela ne servait à rien de continuer. Son meilleur ami était têtu comme une mule. De plus, il n'avait pas tort. Le jeune homme sortait avec la très belle Erika Toda depuis la fin du drama "Nobuta Wo Produce". Tout comme lui sortait avec Maki Horikita depuis la même période.

- De toute façon, tu es mal placé pour me parler de cela. Fit Jin.
- Dôshite?
- Tu me dis de foncer mais, n'est ce pas toi qui à rejeter Tegoshi quand il t'a dit qu'il t'aimait? Depuis, je ne peux pas dire que tu lui parles beaucoup. Je n'ai pas envie de vivre cela avec Kazuya. Termina-t-il en retournant à sa contemplation.

Sur le coup, Yamapi resta sans voix. Jin venait de lui relancer à la figure dans quel situation gênante lui-même était confronter. Toutefois, cela lui permis de mieux comprendre les raisons de son meilleur ami sur son silence. Cependant, serait-il capable encore longtemps de taire ses sentiments pour le jeune homme? A cela, un grand doute se fit ressentir.

* Ce qui devra un jour arrivé, arrivera.* Songea-t-il regardant la feuille blanche.

De l'autre côté de la pièce se trouvait Tegoshi. Celui-ci n'observait quasiment pas son leader. L'écriture des paroles pour la chanson l'absorbant complètement, au grand étonnement de son ainé qui était admiratif de voir autant d'inspiration en si peu de temps.

- Tu m'impressionnes. Lui dit-il.
- Arigato.
- Et bien, je me charge de la mélodie pendant que tu termines les paroles. Cela te convient? Questionna l'ainé.
- Hai.


~ Trois heures plus tard ~


Pour le plus grand bonheur des jeunes personnes enfermées dans la salle de réunion, ils purent enfin s'arrêter de travailler. Pas grand monde avait réussir à écrire quelque chose excepter le duo Ueda-Tegoshi. Ceux-ci avaient pratiquement finit. Il ne leurs restaient plus qu'un quart de la chanson à faire. Un début de mélodie jouer à la guitare était même créer. Ce qui étonna quasiment tout le monde qui émirent des félicitations. Après cela, les managers informèrent Pi et Kame que leur séance photo était pour maintenant, qu'il était plus que temps de partir. De ce fait, ils saluèrent leurs amis avant de partir. Toutefois, Pi s'attarda une minute sur Tegoshi pour le féliciter sur son travail, ce qui grogner Ryo de mécontentement. Malgré qu'il agisse comme leader, Nishikido savait pertinemment que ce genre de geste avait le don de mettre le jeune homme dans un état pas possible.

Quand ils partirent enfin, Tegoshi s'éclipsa aussitôt de la pièce. La tristesse qui l'inondait l'empêchait de pouvoir profiter pleinement des petits instants entre eux. Les autres membres du groupe n'arrêtant pas de parler de Pi avec sa Maki. Ce qui à chaque parole le brisait d'avantage. Ryo remarqua immédiatement sa disparition ainsi que Jin qui était au courant de tout. Tous deux se regardèrent et sortirent en même temps prétextant une sortie entre eux. Une fois dehors, Ryo remercia son meilleur ami.

- Arigato Jin.
- Ne me remercie pas. J'avoue que je me suis également servit de toi pour partir.
- Parle de trop de Kamenashi avec Toda-san?
- Hai.

Ils se regardèrent un moment en silence. Puis, Jin le rompit.

- Va-t-occupé de lui. Déclara-t-il avant de partir d'un pas lent.

Ryo l'observa un moment. Il était triste pour lui aussi. Pourquoi le sort s'acharnait-il sur eux? Puis, il partit en courant vers leurs loges. Lieu ou s'était surement camoufler Yuya pour pleurer tous les larmes de son corps avant l'arriver plus tardive des autres.
Quand il entra dans la loge, il vit tout de suite le jeune homme affaler sur sa chaise. Sa tête dans sa main alors que son corps tremblait sous les sanglots. Celui-ci releva immédiatement la tête une fois qu'il sentit une présence derrière lui. Ses yeux s'agrandissaient à mesure qu'il reconnaissait la personne. Anxieux, Yuya se leva afin de pouvoir ressortir de la pièce. Il ne désirait pas une fois de plus succombé à son ainé, devoir encore une fois trahir son cœur qui se brisait au fur et à mesure que son être se faisait prendre. Il ne voulait plus fléchir à sa tristesse dans les bras d'un autre. Toutefois, au moment où il se redressa de sa chaise, il commença à tituber pour s'écrouler au sol. Mais, Ryo le rattrapa juste à temps dans ses bras, avant que le jeune homme ne touche le sol.

- Calme-toi. Murmura Ryo
- ...
- Pourquoi n'essayes-tu pas de l'oublier. Ne suis-je donc pas assez bien pour toi? Questionna-t-il.

Aucune réponse ne vint. Rien ne daigna sortir de sa bouche pour répondre à cet homme su imposant. Pourtant, le jeune garçon avait envie de lui dire que l'amour qui ressentait pour son ainé était incommensurable, que l'oublier était impossible. Bien qu'il s'abandonnait de plus en plus au corps de son ainé. Il n'arrivait pas à se défaire de l'homme qu'il aimait. Dans leur ébat, ce n'était pas à Ryo qui le prenait à qui il pensait. Non, s'était à Yamapi.
Les larmes vinrent couler le long de ses joues. Il se sentait honteux d'être aussi égoïsme envers cet être d'exception. Ryo lui donnait toute l'affection ainsi que l'amour qu'il voulait. Mais lui, en échange, il ne donnait rien à par son corps.

- Gomen, on vous dérange peut-être. Déclara Koyama qui entra dans la loge.

Ce dernier fut suivit de Shige et de Massu qui rentrèrent à leur tour dans la loge. Quel ne furent pas leurs surprises quand ils virent Yuya dans les bras de Ryo. Se rendant compte de sa position, Ryo poussa délicatement son cadet sur sa chaise afin de le rassoir. Puis, il sortit de la pièce en les laissant sans aucune explication.

- Je me suis levé trop vite. J'ai eut un vertige. Signala Tegoshi afin qu'il n'y ait aucun malentendu.
- Ah d'accord.


~ Le soir ~


Exceptionnellement, ils logèrent tous à l'hôtel. Cela étant fait pour qu'ils ne soient pas loin l'un de l'autre. De cette façon, ils pouvaient continuer leur chanson dans les meilleures conditions possible. Les managers avaient trouvés cette solution hâtivement, suite à des plaintes formulé par les membres constatant qu'ils n'habitaient très près de leur partenaire. Ils avaient fait remarquer ce fait dans l'espoir qu'on leur laisse plus de temps. Malheureusement, Monsieur Johnny's avait prévu le coup. C'est ainsi qu'il se retrouvèrent à diner ensemble dans une salle qui leurs étaient spécialement réserver à cet effet. Le repas ce passa dans les meilleurs conditions possibles. Tous rigolèrent et discutaient de chose et d'autre en parlant bien sûr des conquêtes de chacun. Ce qui fana quelque peu l'ambiance pour certain qui prétextèrent être fatiguer pour pouvoir s'échapper. Jin, Yuya ainsi que Ryo quittèrent l'assemblée pour regagner leur chambre. Enfin, Ryo et Yuya le firent. De son côté, Jin sortit prendre l'air afin de pouvoir fumer une cigarette.
Revenir en haut Aller en bas
liany
Nouveau \o/
Nouveau \o/


Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 16/02/2009

MessageSujet: Re: Jalousie, quand tu nous tiens. [Yaoi // Lemon] [NC-18]   Ven 20 Fév 2009 - 18:14

~ Dans les chambres ~


Ryo se trouvait désormais dans sa chambre. Il était adossé à la fenêtre, repensant à ce qu'il avait dit à Yuya. Lui aussi se demandait se qui se serait passé si les membres du groupe n'étaient pas arrivé à ce moment là. Quand il tenait son cadet dans ses bras, il ressentait un bien être incroyable, il aurait voulut que le temps s'arrête, il pouvait sentir le souffle chaud du jeune homme sur sa peau, ce qui l'avait fait trembler sur le moment. Il aimait ce petit être et en avait assez de le voir souffrir de son amour à sans unique. Bien que lui-même le vivait étant amoureux du jeune homme. Lui aussi en souffrait. Pourtant, il avait au moins droit à avoir ce corps dans ses bras. Même s'il aurait aimé avoir son cœur également. Ryo chercha alors à repousser ses pensées les plus profondes. Il frappa dans le mur à proximité. Ce qu'il ne savait pas, c'est que le mur en question était mitoyen à celui de Yuya. Ce dernier qui ne dormait pas, entendit le bruit qui l'inquiéta.

- Qu'est ce qui se passe ?

Il se lève pour sortir de sa chambre discrètement en faisant attention de ne pas se faire surprendre par quelqu'un du personnel. On ne sait jamais ce qu'ils auraient pu imaginés pour créer un nouveau scandale. Doucement, il s'approcha de la pièce voisine, ne sachant pas vraiment qui se trouvait de l'autre côté de la porte. Il frappa avant de se permettre d'entrer sans attendre qu'on lui en donne l'autorisation. Une fois à l'intérieur, il ferma la porte avant de se diriger vers le jeune homme. Au début, il n'avait pas reconnut l'être en face de lui. Cependant, à mesure qu'il s'approchait, il reconnut les traits de son ainé.

- J'ai entendu quelque chose cogner contre le mur. Dit-il insouciant
- C'était moi. Répondit-il
- Pourquoi t'as frappé le mur, il t'a rien fait. S'interrogea le jeune homme.

Pour se moquer de ce dernier, il s'approcha du mur afin de le caresser délicatement.

- Pauvre mur. Le vilain jeune homme t'a fait du mal. Mais, ça va maintenant? Questionna-t-il sachant qu'aucune réponse n'arriverait. Ce n'est pas bien Ryo d'avoir fait cela.
- Oh ça va hein. Fit-il. Maintenant, retourne dans ta ....

Yuya avait observé son ainé pendant qu'il émettait sa complainte. Celui-ci se frottait la main suite au coup qu'il avait donné au mur. Il n'y avait pas été de main morte. Attendrit et pouvant voir qu'il était en état de faiblesse, Tegoshi ne put s'empêcher d'en profiter. Ryo ne put donc terminer sa phrase. Yuya, qui avait perdu le contrôle de lui-même, avait soudé ses lèvres contre celle de son amant. Ryo fut surpris des manières de son cadet, bien qu'il commençait à être habituer. Toutefois, sentir une langue forcée l'entrée de sa bouche ne lui plaisait guère. Il avait depuis quelque temps prit habitude à obéir au demande de son cadet. Toutefois, il n'aimait pas la violence de ses envies.
Yuya se sépara à contre cœur de Ryo afin qu'ils puissent reprendre leurs souffles.

- Yuya, arrêt.
- Onegai. J'en ai besoin.
- On ne devrait pas. Dit-il, sachant pertinemment que cela ne servait à rien de le dire.
- Aide-moi encore une fois à oublier mon amour pour lui.
- Arrêt de crier son nom quand tu jouis.
- ...
- Encore une fois, mais c'est tout. Fit-il, ne pouvant résister au regard de chien battu que lui faisait son cadet.

Yuya le projeta sur le lit, ne laissant pas l'occasion à Ryo de faire quoi que ce soit. De toute façon, Ryo ne réagissait pas attendant de voir ce qu'il allait faire. Yuya pouvait ainsi faire ce qu'il voulait de lui. Quand Tegoshi le rejoignit sur le lit, il se plaça au dessus de lui. Doucement, il commença à caresser le torse du jeune homme qui était toujours inerte sur les draps et ce, malgré les mains du jeune homme descendait inlassablement plus bas. Yuya perdit patience. Il déchira le
T-shirt de son ainé afin que ses lèvres puissent remplacés ses mains. Ce contact avec ses lèvres rendirent à Ryo sa motricité. Cependant, ses forces l'avaient étrangement abandonnée quand il tentait de repousser son cadet. Il échouait.

Pendant ce temps, Tegoshi s'attaqua au pantalon de Ryo. Il le déboutonna puis, l'enleva aussi vite que cela lui était permis de le faire. Ryotan se trouvait à présent était entièrement nu face à Yuya. Cependant, la situation ne plaisait plus du tout à son ainé. Il s'énerva pour enfin réussir à se dégager de son cadet.

- Calme-toi un peu. Pas besoin d'aller si vite.

Toutefois, le jeune homme avait terriblement envie de le sentir en lui, d'oublier tout le désir qu'il ressentait en son fond intérieur. Il voulait désespérément chasser ses pensées inconvenables qu'il avait pour Yamapi. Il revint à la réalité quand Ryo le prit dans ses bras. Il savait assurément que son cadet ne pensait pas à lui alors qu'il allait coucher ensemble. Cependant, il était devenu accro au corps de cet être. Il ne pouvait pas s'imaginer s'arrêter maintenant. Délicatement, il posa un baiser sur ses lèvres afin de lui faire comprendre que la partie n'était pas finie. Qu'il allait lui donné ce qu'il désirait.

- Viens ici. Lui dit-il.

Ryo était à présent assis sur le lit. Son dos était adossé au mur présent derrière lui. Yuya n'eut pas dur à comprendre quelle position son ainé désirait faire. Un sourire pervers arriva sur son visage d'ange.

Yuya posa chacun de ses genoux de part et d'autre de Ryo tout en lui lançant un regard extrêmement sensuel. Ce dernier répondit d'un simple d'un sourire espiègle avant d'attirer le jeune homme contre lui. Dans son élan, il le força quelque peu à se penser sur lui afin qu'il puisse placer ses mains sur le mur afin d'avoir un meilleur appui pour ce qui allait venir. Yuya se sentit frissonner quand il sentit son membre prisonnier de leurs deux torses alors que celui de Ryo était devant l'intimité du jeune homme.

Doucement, Yuya prit l'initiative d'embrasser son amant afin de ne pas ressentir de douleur une fois qu'il passerait à l'acte. Ce baiser était à la fois doux, fougueux et remplit de crainte que la douleur ne le gagne. Ce n'était pas leur première fois, bien au contraire. Toutefois, il persistait en lui une crainte de souffrance. Sentiment qu'il mit sur le compte qu'il ne le faisait pas avec celui qu'il aimait réellement. Ryo, qui perçut cela, caressa délicatement le dos de son compagnon. Il cherchait ainsi à le rassurer. Yuya ne put plus s'abstenir, il s'empala lentement sur le membre verticale de Ryo. Aussitôt, une sensation à la fois unique et absolue foudroya instantanément son être. Une larme s'échappa du coin de son œil alors qu'un long gémissement intense et profond sortit de sa bouche se dissipant dans la pièce.

Ryo prit par la taille son cadet. Son membre était entièrement entré dans la cavité intime de l'homme qu'il aimait avec une telle soudaineté qu'il dut poser sa tête contre l'épaule de son amant. Vu leurs positions respectives, sa virilité avait trouvé le bon angle et atteint la prostate. Toutefois, Ryo ne voulut pas rester ainsi, lui aussi désirait jouir.

- Alors, on s'arrête. Fit-il en bougeant un peu son bassin.
- Stop ... bouge plus ... sinon, je vais ... Tenta irréparablement de dire Yuya.

Ryo, voyant que son cadet avait dur à se mouvoir correctement, plaça ses sur ses hanches. Yuya put ainsi se hisser plus facilement sur ses genoux afin d'effectuer de lent mouvements d'allés et venues sur ce membre grossissant. Au début, il n'eut d'autre choix que d'adopter un rythme lent n'étant pas habituer à mener la danse. Toutefois, il se laissa à ses envies, effectuant ses va-et-vient avec sensualité, sans aucune retenue. Petit à petit, il accéléra la ses mouvements, s'agrippant aux épaules de son ainé. Il gémissait de plus en plus fort à mesure que ses actions s'intensifiaient. Ce qui avait le don de faire gémir Ryo tout aussi fort, qui était au bord de l'extase suprême.

Puis, Yuya se rendit compte que Ryo allait bientôt venir en lui. Il sentit son membre enfler à l'intérieur de son être. C'est alors, qu'il décida de mettre fin à sa torture. Il se mit à l'embrasser langoureusement, tout en resserrant ses muscles internes autour de sa virilité. Ryo de son côté, n'arrivait plus à s'empêcher de gémir. Toutefois, ceux-ci était masqué par les lèvres de son cadet. Yuya fit dans un geste final de se redresser le plus haut possible pour ensuite, se rassoir de nouveau sur Ryo dans un geste vif et brusque. Ce dernier atteignant sa limite se libéra en lui. Bien sûr, entre temps, une des mains de son ainé avait fait prisonnier le membre du jeune homme pour lui donner le même traitement qu'il recevait. Exerçant des vas et viens incontrôlable.

Tous deux atteignirent au même moment l'orgasme, le stade de la joie ultime. Yuya sentit la semence de Ryo l'envahir tout entier ce qui le fit fondre de plaisir encore une fois. Quand à son ainé, il porta sa main à sa bouche afin de lécher la semence de son cadet. Délicatement, Ryotan se retira du jeune homme tout en gardant non loin de lui dans l'espoir d'un instant de tendresse. Il lui octroya un léger baiser sur la tête alors qu'il l'allongeait sur lui. Yuya de son côté, se laissa faire, reprenant son souffle. Doucement, Yuya passa ses bras autour de Ryo dans une étreinte emplit de chaleur. L'ainé, heureux de pouvoir avoir droit à cela, accepta le geste et partagea cet instant de tendresse.

Ensuite, il s'entreprit à contre cœur d'allonger le jeune homme dans le lit. Ce dernier s'endormit aussitôt. La fatigue ayant prit le dessus sur lui. Ryo l'observait, ne trouvant pas le sommeil.

- Arigato de n'avoir pas crié son nom. Murmura-t-il.

* Si seulement tu m'aimais. * Songea-t-il les larmes aux yeux.


~ Epilogue ~


Les jours passèrent et se ressemblèrent.

Yuya continuait de coucher avec Ryo malgré que celui-ci ait dit ne plus vouloir le faire avec lui. Cependant, quand il voyait les yeux amplis de tristesse à chaque fois que Pi lui témoignait la moindre attention ou lorsqu'il vit le jeune homme avec sa chère et tendre, il n'arrivait pas à lui résister. Pourtant, Ryo espérait continuellement que son amant lui donne un jour autant d'amour qu'il lui en témoignait.

Jin, lui, garda son substitut pendant encore une année avant qu'une nouvelle ne bouleverser tout. Kamenashi avait quitté la jeune Toda Erika. Ce qui lui permit de trouver le courage de s'exprimer. Ainsi, il lui fit sa déclaration le jour même de la sortie de leur album "Lips" pour le drama "One pound no fukuin". Actuellement, ils vivent ensemble des jours heureux. Amoureux comme jamais auparavant, profitant de la vie qui s'annonce magnifique.


Owari.
Revenir en haut Aller en bas
Jasonwade
Habitué du fofo *-*
Habitué du fofo *-*
avatar

Féminin Nombre de messages : 136
Age : 27
Date d'inscription : 01/10/2008

MessageSujet: Re: Jalousie, quand tu nous tiens. [Yaoi // Lemon] [NC-18]   Mar 3 Mar 2009 - 15:41

Tu écris super bien!

J'aime cette phrase :
"- Encore une fois, j'en ai besoin une dernière fois."
On sait encore rien de l'histoire mais c'est tellement fort.

C'est quand même super trash! Faut oser pour écrire ca!

"- S'il te plait. Si je ne peux avoir ton corps, permet moi d'avoir ton corps. "
Je pense que tu as voulu dire coeur.

Je me mélange un peu les pinceaux avec tout ces couples! J'ai trop de mal à m'y retrouver!

Attention aux fautes.

Bravo quand même!
Revenir en haut Aller en bas
liany
Nouveau \o/
Nouveau \o/


Nombre de messages : 11
Date d'inscription : 16/02/2009

MessageSujet: Re: Jalousie, quand tu nous tiens. [Yaoi // Lemon] [NC-18]   Mer 8 Avr 2009 - 23:31

Je te remercie d'avoir lu ma fiction et heureuse qu'elle t'aie plu.
Je suis sincèrement désolée pour les fautes d'orthographe. Actuellement, je cherche qu'une pour la corriger ^^.

Merci beaucoup ^^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jalousie, quand tu nous tiens. [Yaoi // Lemon] [NC-18]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jalousie, quand tu nous tiens. [Yaoi // Lemon] [NC-18]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Anglais quand tu nous tiens
» [OS] humour quand tu nous tiens.
» Nostalgie ... quand tu nous tiens
» Réplique, quand tu nous tiens!
» Mika peut aussi nous faire rire....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Créations :: Fanfiction :: Fanfics achevées-
Sauter vers: