AccueilFAQRechercherS'enregistrerGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Courts poèmes et histoires

Aller en bas 
AuteurMessage
firiel
Invité



MessageSujet: Courts poèmes et histoires   Lun 21 Aoû 2006 - 22:47

Voila enfin c'est pas des fanfics mais c'est relié souvent à des groupes à part une petite haterfiction *un récit de tous les jours* shy

aller je mets en vrac ce que j'ai entre les mains *enfin sur l'ordi*


************************************************************
a Haterfiction

Il était une fois au fin fond d'une certaine commune bruxelloise dénomée Woluwe saint Lambert, une université. Faisons un zoom sur les locaux de chimie: /*zoom avant, arrière, gauch, droite*/Rien à signaler. En effet tout est là pour témoigner de la paisibilité des lieux.
Seulement sous cet aspect de petite zone férique, ...
Voix off: Peut on ajouter des oiseaux à l'arrière plan..Et puis pourquoi pas des nains, et des fleurs,...blabla
Narratrice: Hey toi la ferme! Des nains?! fufu et puis quoi encore, je te rappelle qu'on est en plein locaux universitaires, les praies c'est de l'autre côté du pays. Vas y voir si j'y suis...
Bon où en étais je déjà..Ha oui, donc je disais que sous cet aspect de petite zone férique, les fameux locaux de chimie étaient le théatre d'un conflit Monstre, térrifiant encore plus catastrophique que la 3 ème guerre mondiale...
Voix off: Pourquoi y en a déjà eut une?
Narratrice: S.H.U.T U.P c'est moi qui décide....
Commençons par introduire lespersonnages clefs de cet événement métahistorique:
D. est comment diras-je...Un vieux cinquantenaire à la voix effiminée et aux gestes gracieux tellement gracieux que ça en devient pathétique, en d'autre terme une personne assez repoussante toutefois ce n'est rien comparé à A. qui sous son masque de sympathique personnage,cache une toute autrefaçade.En gros un ours déguisé en nounours (Dsl c'est la première impression que j'ai eut en le voyant). Ce monsieur cruella version homme ne se dévoile qu'en cas d'extrème besoin, en somme:
1) En TD quand les étudiants passe au tableau.
2) A l'annonce du mot D. (le nom du pseudo-gay évoqué si dessus)
Certains doivent se posez des questions. Comme par exemple pourquoi D.?
Tout commença un beau matin de Xdi année XXXX. A. dans son petit coin, donc son bureau personnel, était en pleine formulation d'une nouvelle série d'exercices encore plus sadique que celles qui l'ont précédé. A l'instant même où il écrivit ces mots de clotures "Bon travail", D. pénétra la salle et s'approcha de lui. L'air aussi effeminé que d'habitude, il déposa sa main sur l'épaule de A..Etoné par ce geste brusque mais surtout familier, A. ne perdit pas de temps à lancer vers son interlocuteur un de ses regards de tueur. Feignant cette réaction D. ajouta d'une voix très douce et "sexy": "Alors ça va mon poussin", avant même d'avoir eut le temps d'en faire plus, A. outré par la réaction déplacé de son collègue d'un air méchant et détérminé tel un volcant en irruption se releva et du haut de ses 1m92/95 lui cracha ces mots tranchants: *accent maghrebin*: "Chui pas un PiDi moi. Moi chui pas comme vous. Hey enlive ta maine tout di suite ou j t'envoi chier au 7ème ciel"
D. qui ne fait en réalité qu'1m60 paressait plus minuscule.(pauvre petit choux)
Vois off: ça devait être l'effet de la honte.

ROUND I THE END

*à suivre*



************************************************************

The Endless scream


Upon this tender sea,
The roling waves are spreading out on my feets,
While my eyes are dancing with its enchanting view;

A golden moon, as if its calling for me
Keeps on reflecting on the smooth sleeping ground.

Yet all this heavenly view, as well as my soul;
Are following YOUR bewitching voice.

I'm begining to walk on an appeasing road,
Hoping to cross your sparkling dreams.

*************************************************************
Un corps transparent


Le regard fixe, emportée par le schéma d'une nature glaciale, je contemple un ciel impassible. Dehors des notes musicales d'une pluit décadantes viennent rythmer les pas de mes pensées. Je me vois déjà sur une piste de danse, telle une feuille bercée par un vent soyeux qui valse mon âme suspendue entre deux états. La douceur de ses caresses, la brutalité de ce sentiment, tel la saveur d'une fleur dans un jardin silencieux, discrétement, pénétrent mon corps; progressivement, s'enfoncent dans mon coeur . L'air appaisé par ce vide rien m'importe plusque ce détachement totale.J'aimerais tant rester ainsi. Je me sens libre.
*************************************************************



bon suite pour after........
Revenir en haut Aller en bas
 
Courts poèmes et histoires
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Poésie Italienne
» Courts-metrages,vidéos débiles ou rigolotes,publicités et autres plaisirs.
» Histoires en musique.
» Le jardin des sons : histoires pour les tout-petits
» Histoires de compteurs.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Créations :: Créations écrites-
Sauter vers: